Andrea Rossi a annoncé qu’il publiera un rapport des données recueillies de façon indépendante qui permettra de vérifier ses affirmations à propos de son dispositif Hot E-cat à faible énergie nucléaire (LENR) le 10 septembre. Rossi a fait l’annonce sur son blog Journal of Nuclear Physics.
Cette même information sera dévoilée au public lors de la première Convention des Licenciés mondiaux de la Leonardo Corporation de Rossi ou lors de la convention sur les Changements d’énergie avec la technologie E-cat qui aura lieu à Zürich, en Suisse, le 8 septembre. Rossi a aussi déclaré que certains des renseignements seront publiés dans des revues scientifiques le 8 septembre. Il n’a pas dit dans quel magazine.
Rossi a déclaré que de nombreux tests indépendants sont en cours et que de nombreuses publications les suivront. Cela signifie que probablement les résultats des tests d’E-cat seront publiés au cours de différentes publications. Malheureusement il n’a pas mentionné le nom des publications dans lesquelles apparaîtront ces données.
Rossi a également déclaré qu’il est apparemment toujours en train de travailler avec la compagnie du géant allemand de la technologie Siemens. Il a déclaré qu’une fois qu’il aura publié les résultats des tests seront effectués dans le Centre suédois Siemens R & D. Siemens s’occupe de tout, à partir des téléphones portables jusqu’aux trains électriques. Siemens a comme projet de développer un réseau électrique de dernier cri pour la ville suédoise de Malmö. Entre autres, il construit les moteurs à combustion interne des trains à grande vitesse utilisés en Allemagne ainsi que les véhicules légers sur rail utilisés dans de nombreuses villes américaines.

Le Hot E-cat fonctionne apparemment sur un principe différent que l’E-cat précédent. La conception originale de l’E-cat utilise l’électricité pour créer la réaction entre l’hydrogène et le nickel afin de produire de la chaleur. Le nouveau E-cat, le Hot E-cat, utilise apparemment des gaz pour produire la réaction. Rossi a déclaré que n’importe quel type de gaz pourrait être utilisé pour recharger l’appareil. Cela signifierait qu’il y a un E-cat fonctionnant avec le gaz naturel. Rossi a déclaré que ses ingénieurs sont en train de travailler à la conception d’un brûleur catalysé. L’utilisation du gaz réduirait probablement les coûts de l’E-cat. Le Hot E-cat a apparemment le même coefficient de puissance (cop) que l’E-cat mis en fonction de façon électrique. Le Hot E-cat peut générer des températures internes jusqu’à 1250 degrés Celsius et une température extérieure de 850 degrés Celsius. Cela serait assez chaud pour avoir de la vapeur afin de faire fonctionner une turbine à vapeur. Rossi a déclaré que l’E-cat est conçu pour être connecté et intégré à des installations en tout genre déjà existantes.
Rossi a également déclaré que la AmpEnergo est encore la licenciée américaine pour la technologie E-cat. AmpEnergo ne s’est pas fait beaucoup attendre et a de suite créer un site Web de base. Elle a également délivré un communiqué de presse car Rossi l’a nommée l’an passé premier titulaire de son E-cat. AmpEnergo travaillera pour commercialiser l’E-cat en Amérique du Nord, en Amérique centrale, en Amérique du Sud et aux Caraïbes. Cette compagnie est apparemment privée et n’a aucune intention à émettre des actions.
Ce qui est également fort intéressant est qu’un géant comme la Siemens s’intéresse à l’E-cat. Siemens a les ressources nécessaires pour commercialiser l’E-cat et l’appliquer à de nombreuses utilisations industrielles, y compris la production d’électricité. Il semblerait que la révolution LENR soit finalement sur le point d’être concrétisée. Une des spécialités de la Siemens est l’équipement pour la production et la transmission d’électricité.

Enfin il semblerait qu’Andrea Rossi soit finalement sur le point de rompre son silence. Espérons qu’il fournira bientôt des données qui permettront de vérifier ses affirmations et, la chose la plus importante, qu’il donnera la preuve que son E-cat fonctionne réellement afin que les chercheurs l’examinent…