Nouvelle date pour le test du E-cat

Andrea Rossi a annoncé une nouvelle date pour le test du E-cat. Le test se fera le 28 octobre 2011. Le lieu n’a pour l’instant pas été communiqué. Le test devait avoir lieu dans les jours qui viennent aux Etats-unis mais M. Rossi a refusé de livrer son réacteur à son partenaire américain suite à une mésentente concernant les termes du contrat les liant. Continuer la lecture de « Nouvelle date pour le test du E-cat »

Publication en anglais du premier ouvrage concernant l’E-Cat

Cela a pris plus longtemps qu’escompté, mais le premier livre concernant l’E-Cat, publié en langue anglaise,a enfin vu le jour sous le titre «  Secrets of E-Cat », la traduction d’un essai paru en Italie «  I segreti dell’E-Cat », essai qui a connu un grand succès auprès du public, suscitant l’envie à son auteur de donner un échoplus large à son ouvrage. Continuer la lecture de « Publication en anglais du premier ouvrage concernant l’E-Cat »

La confindustria s’interesse à l’E-cat

Andrea Rossi reçoit des représentants de la confindustria, la fédération itialienne des employeurs, pour leur montrer son E-cat. Jusqu’à maintenant l’invention de M. Rossi a attiré l’attention aux états-unis, en suède et en grèce. Pour la première fois les industriels italiens s’intéressent à ce réacteur qui selon certains pourrait révolutionner le domaine de l’énergie. Les membres de la confindustria pensent que cette technologie est intéressante et affirment qu’ils suivent son développement depuis un moment. Selon eux, l’E-cat pourrait devenir une alternative énergétique intéressante qui permettrait d’augmenter la compétitivité des entreprises italiennes en réduisant leur dépenses liées à leur consommation d’énergie. L’E-cat pourrait également se révéler être un substitut aux énergies renouvelables, éoliennes, solaires, qui restent jusqu’au jour d’aujourd’hui très coûteuses. Ce nouveau réacteur pourrait être bénéfique pour l’Italie dans son ensemble qui a souffert d’une augmentation globale importante du prix de l’électricité en comparaison avec les autres pays de l’union européenne.

E-cat – Unibo : la réaction de Stremmenos, la réponse de Braga

La décision de l’Université de Bologne (Unibode résilier son contrat (payant) pour l’étude de l’E-cat a suscité différentes réactions, tant au sein des organes de pressequ’au sein de ceux qui suivent depuis longtemps l’évolution des recherches sur la fusion froide (ou Lenr). Continuer la lecture de « E-cat – Unibo : la réaction de Stremmenos, la réponse de Braga »

Fusion froide – Publication en anglais du premier ouvrage concernant l’E-Cat

Cela a pris plus longtemps qu’escompté, mais le premier livre concernant l’E-Cat, publié en langue anglaise, a enfin vu le jour sous le titre « Secrets of E-Cat », la traduction d’un essai paru en Italie « I segreti dell’E-Cat », essai qui a connu un grand succès auprès du public, suscitant l’envie à son auteur de donner un écho plus large à son ouvrage.
Le livre se présente comme un guide pratique pour mieux comprendre l’invention du professeur Rossi et sa notion de fusion froide, s’attardant tout particulièrement sur les détails concernant la mise en oeuvre de l’E-Cat et détaillant le phénomène de la catalyse, etc, etc.

La seconde partie de l’essai consacre tout un chapitre sur les réactions nucléaires procédant à l’intérieur de l’E-Cat, sur leurs possibles interprétations théoriques, tandis qu’un autre chapitre se penche sur le contrôle de la radioactivité et sur les émissions dangereuses.

L’auteur se nomme Mario Menichella, un scientifique qui a organisé la Conférence sur la Fusion Froide ce 23 juillet en Italie. Détenteur d’un doctorat en science de la communication, il travaille aussi à l‘Institut National Italien de Physique Nucléaire. Il a déjà publié plus d’une douzaine d’ouvrages.

Vous pouvez avoir à plus d’information concernant ce livre et cet auteur en cliquant ici, où vous aurez accès gratuitement à une préface et à l’index du livre afin de mieux vous faire une idée du livre. Sur la même page, il vous sera possible de télécharger sous un format PDF le livre pour le prix de 7 euros.

E-cat: dispositif de 600 ° C

L’ingénieur italien Andrea Rossi fournit une autre confirmation du fait que sa fusion froide fonctionne réellement. C’est en répondant au professeur de physique de l’Université de Cambridge, Brian Josephson que l’ingénieur affirmerait que son catalyseur d’énergie aurait atteint la température de 600 degrés centigrades. Si cette déclaration sera confirmée avec le temps, ce serait une nouvelle formidable car cela voudrait dire ouvrir les portes à une possible production d’énergie électrique.

Bien que tout récemment, selon l’E-Catworld.com, Rossi ait été récalcitrant et ait refusé de fournir d’autres informations concernant l’évolution de son E-cat, il semblerait que maintenant il ait annoncé, sur son Journal of Nuclear Physics, avoir accompli des progrès grâce à une nouvelle configuration de son dispositif. Sur le Journal un usager lui demandait: “Il a été question d’une grosse amélioration dans la température de la vapeur que maintenant l’E-cat est capable de produire, donc cette vapeur peut être utilisée, de façon efficace pour produire de l’énergie électrique par le biais d’une turbine classique ou turbine Stirling? Je vous prie de spécifier quelle est l’entité de cette nouvelle valeur de la température de fonctionnement et la pression de la vapeur à présent disponible“.

Et étrangement Rossi a saisi l’occasion pour fournir les précisions qui lui avaient été demandées: “Nous sommes en train de travailler avec une bonne stablitié à 600 degrés Celsius. Si les prochains tests le confirmeront, cela ouvre très clairement toutes les portes possibles. Aujourd’hui samedi 19 mai, en ce moment, 18h10 à Miami, je suis en train de travailler avec le nouveau E-cat à 600 degrés“. Un lecteur a ensuite répondu: “Si c’était vrai je danserai de joie sur un seul pied“. Et Rossi a répondu: “Danse sur 2 pieds, car tu devras danser beaucoup. Oui, ça marche“. Et il a également promis que dès que les tests seront terminés il communiquera sur le Journal tous les résultats.

D”autres nouveautés arrivent également concernant le versant grec. Selon le Pesn, une équipe de la société grecque Defkalion Green Technologies serait en train de travailler durement pour ajourner les données d’enregistrement des tests jusqu’en août, quand il y aura “une grande conférence” pour la présentation du dispositif.

Cependant, selon le site, la Defkalion serait en retard car si d’un côté les résultats des tests avaient été positifs, de l’autre au cours des essais des signes d’instabilité auraient été détectés. Ce qui pourrait donc entraîner un retard dans la production. Et malheureusement il n’est pas possible d’avoir des nouvelles plus sûres étant donné que la société grecque a depuis plusieurs mois établi des restrictions quant aux communications publiques. La seul preuve du travail accompli par l’équipe de la Defkalion est un diaporama qui montre l’équipe grecque au travail dans la préparation d’une entreprise…