Fusion froide: la NASA pointe le bout de son….réacteur

D’après un article de Steven B. Krivit, directeur du blog New Energy Times, nous apprenons que la NASA(National Aeronautics and Space Administration ou Agence spatiale américaine) est en train d’enquêter sérieusement sur les récentes expérimentations effectuées sur la fusion froide. Son article souligne l’attention avec laquelle la NASA est en train de suivre les efforts d’Andrea Rossi et Francessco Piantelli pour développer leurs réacteurs nucléaires à faible énergie.

Krivit affirme qu’une équipe de la NASA et un groupe d’investisseurs non identifié se sont rendus à Bologne (Italie) les 5 et 6 septembre dernier et sont allés examiner les installations d’Andrea Rossi mais il semblerait qu’ils n’aient constaté aucun résultat positif dérivant de la fusion froide du dispositif Ecat de Rossi . Krivit affirme également que les représentants de la NASA avaient l’intention de rencontrer Piantelli ou des représentants de son entreprise début septembre. L’article de ce blog était daté du 28 septembre mais les essais étaient prévus pour le 7 septembre.

LENR: un nouveau type d’énergie qui devrait transformer notre monde

Malgré les difficultés rencontrées au cours des années, les développements dans le domaine de la fusion froide ont progressé, lentement et discrètement mais à ce jour toutes les publications et conférences scientifiques montrent qu’une production anormale de chaleur a lieu lors de la réaction du palladium ou du nickel avec l’hydrogène ou le deutériumPourtant, bien que ces expériences soient maintenant reproductibles, le silence des scientifiques officiels et des médias est… assourdissant !!

Aux USA, des journalistes, au service de l’information pour le public (FOIA), ont dévoilé que la NASA, organisa en 2009 une présentation interne, dans laquelle trois de ses scientifiques de haut niveau avaient examiné les résultats du LENR et ses impacts sur l’espace et les voyages aériens.

Nouvelle source énergétique: le Black Light Process

Nous reportons ici un article datant du 14 août 2009 publié par la Black Light Power Inc. concernant la mise au point d’une nouvelle source énergétique grâce à un combustible chimique solide, le Black Light Process (BLP) similaire aux caractéristiques de l’E-cat d’Andrea Rossi et à ses perspectives d’utilisation.
BlackLight Power, Inc. annonce la validation indépendante de la source inédite d’énergie innovante fondée sur un nouvel état de l’atome d’hydrogène et des propriétés chimiques permettant une régénération continue

BlackLight Power, Inc. (BLP) a annoncé aujourd’hui que des scientifiques de la Rowan University avaient, pour la première fois, élaboré et testé de manière indépendante des combustibles qui ont généré à la demande une énergie supérieure à celle de la combustion obtenue à des niveaux de production de kilowatts électriques grâce à la composition chimique brevetée du combustible solide de BLP, capable de régénération continue. Les professeurs de la Rowan University ont fait fonctionner des systèmes de génération électrique en utilisant les processus chimiques de BLP, et ont déclaré un gain énergétique net de jusqu’à 6,5 fois le potentiel maximal de production énergétique des équipements du système à partir de réactions chimiques connues.

Dans une déclaration conjointe, le Dr K.V. Ramanujachary, professeur méritoire de chimie et biochimie de la Rowan University, le Dr Amos Mugweru, professeur adjoint de chimie et le Dr Peter Jansson P.E., professeur agrégé d’ingénierie, ont affirmé : << Lors de tests indépendants réalisés au cours des trois derniers mois sur 10 combustibles solides élaborés par nos soins à partir de substances chimiques disponibles dans le commerce, notre équipe de professeurs, de personnel enseignant et d’étudiants en ingénierie et en chimie de la Rowan University a généré de façon indépendante et cohérente une quantité d’énergie de 1,2 à 6,5 fois supérieure à la chaleur maximale théorique obtenue au moyen des réactions chimiques connues. >>

<< De plus, nous avons analysé les produits de la réaction et nous sommes certains que les procédures que nous avons suivies et les substances chimiques que nous sommes procurés et que nous avons fait réagir ne sont pas capables de générer les quantités de chaleur que nous avons pu observer au travers des réactions chimiques connues jusque-là. Cette importante révélation de BLP permet dors et déjà à d’autres laboratoires de démontrer la reproductibilité de ces réactions qui produisent régulièrement un niveau anormal de chaleur au sein du laboratoire de notre université. Qui plus est, nous avons également reproduit les tests de BLP indiquant que l’explication la plus plausible de cet excédent de chaleur est l’existence d’un nouvel état de l’atome d’hydrogène. >>

Étant donné le combustible solide utilisé et l’énergie générée à des niveaux d’environ 30 kW, la réaction semble réalisable à n’importe quelle échelle. De plus, les scientifiques de BLP ont été en mesure de régénérer le combustible tout simplement en le chauffant. Ces progrès font augmenter la viabilité commerciale du processus << BlackLight Process >> en tant que source d’énergie non polluante annoncée pour la première fois par BLP en octobre 2008.

Preuve de puissance

La validation par l’équipe de la Rowan University fournit une preuve supplémentaire que les gains énergétiques observés permettront de faire fonctionner des centrales électriques commerciales en remplaçant continuellement l’hydrogène consommé par le BlackLight Process pour former des hydrinos. Les hydrinos sont une forme précédemment inconnue de l’hydrogène, à des états d’énergie inférieure, produits par le BlackLight Process lors de la libération d’énergie latente contenue dans les atomes d’hydrogène. L’énergie libérée par la formation d’un hydrino est plus de 200 fois supérieure à celle nécessaire à l’extraction de l’hydrogène de l’eau par électrolyse en vue de produire le nouveau combustible à base d’hydrogène utilisé dans le BlackLight Process.

<< La version perfectionnée du combustible solide est très efficace en termes de libération d’énergie lors de la formation d’hydrinos et ne requiert pratiquement pas d’énergie pour reconvertir les produits de la réaction chimique en leur état combustible initial. La régénération ne nécessite que de la chaleur. Cela rend possible la production continue d’énergie en utilisant des systèmes simples et efficaces qui emploient la chaleur libérée lors de la formation d’<< hydrinos >> pour maintenir simultanément la régénération. Le système est fermé ; seul l’hydrogène consommé lors de la formation d’hydrinos doit être remplacé >>, a affirmé le Dr Randell Mills, président et PDG de BlackLight Power, Inc.

<< Le gain énergétique et la régénération thermique réussie observés démontrent qu’il est possible d’utiliser du combustible solide et recyclable en tant que solution de remplacement des combustibles fossiles et nucléaires dans les centrales électriques. Ces dernières nouvelles vont probablement réduire de façon importante les délais de mise sur le marché >>, a noté le Dr Mills.

John Miller, récemment nommé au conseil d’administration de BLP et ancien président de Standard Oil, a décrit les avancées récentes en déclarant : << La mise au point d’une composition chimique de nouvelle génération et de son mode de régénération simple, constitue un pas décisif vers une électricité commerciale issue de l’hydrino à court terme. La signature récente d’accords de licence commerciale pour la production de huit milliards de watts prouve que le marché énergétique commence à nous donner raison. >>

Preuve de l’existence des hydrinos

BLP annonce également la production et la caractérisation indépendantes d’une nouvelle forme de l’atome d’hydrogène par les professeurs de la Rowan University. Dans l’étude conduite de manière indépendante au sein des laboratoires de la Rowan University, les professeurs Ramanujachary et Mugweru ont synthétisé à partir de matériaux de base la forme précédemment inconnue de l’hydrogène et ont été capables de caractériser les atomes d’hydrogène existant à des états d’énergie inférieure – appelés hydrinos – comme l’avait anticipé BLP. L’équipe de la Rowan University a également été en mesure d’identifier et de confirmer l’observation de signatures similaires d’hydrino dans des systèmes de production d’énergie nette, en fonctionnement dans les laboratoires du professeur Jansson. Il s’agit là de la première fois que BLP a appris à des laboratoires indépendants les techniques de production des hydrinos en partant de zéro.

Le Dr. Ramanujachary a remarqué : << Les avancées récentes de BLP dans les techniques de production de cette nouvelle forme de matière semblent faciliter la synthèse par n’importe quel laboratoire au monde de volumes suffisants pour caractériser cette forme jusqu’alors inconnue de l’hydrogène. >> Le Dr Mugweru a ajouté : << Nous avions beau connaître les matériaux de départ de la réaction de synthèse et pouvoir caractériser l’ensemble des dérivés, autres de la nouvelle forme d’hydrogène, nous étions incapables de relier les signatures observées à des espèces connues. >>

Signature lumineuse de l’hydrino

BLP a également annoncé aujourd’hui la publication dans le Central European Journal of Physics d’un article rédigé par les docteurs Randell Mills, Kamran Akhtar et Ying Lu décrivant de nouveaux éléments importants de confirmation de l’existence des hydrinos. Pour la première fois, BLP confirme l’observation spectrale directe de la transformation de l’hydrogène en hydrinos. Ces expériences, qui montrent des émissions spectrales de l’hydrogène en dessous de 80 nanomètres, l’état fondamental précédemment connu, constituent une preuve décisive de l’existence des hydrinos que le Dr. Randell Mills avait prédite de façon théorique. Concernant l’importance de cette découverte, le Dr. Mills a déclaré : << Ceci constitue une preuve flagrante de l’existence des hydrinos. La signature lumineuse observée provient d’hydrogène pur, à un niveau énergétique de loin supérieur à ce qui avait été estimé possible pour cet élément sous quelque forme que ce soit. >>

Application réussie de la théorie

BLP a publié huit articles de revue au cours des sept derniers moins faisant état des caractéristiques énergétiques de son processus de production d’électricité et a sorti en juillet la dernière édition de la Grande théorie unifiée de la physique classique (<< Grand Unified Theory of Classical Physics >>) qui prédit l’existence des hydrinos. Ils sont disponibles sur http://www.blacklightpower.com/.

Millsian, Inc., la filiale de BLP détenue à 100 %, spécialisée dans le développement d’applications de modélisation moléculaire de physique classique, a annoncé le lancement aujourd’hui du logiciel Millsian 2.0 Beta, capable de visualiser la structure tridimensionnelle exacte et de calculer les caractéristiques physiques d’un nombre illimité de molécules, quelles que soient leur longueur et complexité, y compris les protéines complexes et l’ADN. Selon BLP, le logiciel Millsian représente une avancée capitale pouvant avoir un impact sur l’ensemble des entreprises des secteurs liés à la mise au point de médicaments, à la science de la matière et à la chimie. De plus, et surtout, il prouve que les lois classiques de la physique, le principe qui a permis de prédire l’existence d’hydrinos, s’appliquent à l’échelle atomique et moléculaire.

Les professeurs Peter Jansson, K.V. Ramanujachary et Amos Mugweru ont publié des rapports décrivant la documentation complète et les résultats de la reproduction hors site et de la mise à l’essai indépendante des nouveaux systèmes électriques, de la composition chimique de nouvelle génération et de l’analyse de caractérisation de l’hydrino, disponible sur http://www.blacklightpower.com/.

BLP met à disposition un article technique fournissant les détails sur les procédures chimiques que, selon la société, les laboratoires peuvent facilement suivre et reproduire, à l’adresse http://www.blacklightpower.com

À propos de BlackLight Power

BlackLight Power, Inc. est l’inventeur d’une nouvelle source d’énergie primaire et d’une nouvelle spécialité en chimie de l’hydrogène ayant des applications commerciales étendues.

BlackLight Power a inventé une source d’énergie primaire inédite qui peut être utilisée dans le chauffage, la production d’énergie distribuée, la production d’électricité en centrale et l’énergie motrice grâce à de nouveaux processus chimiques de libération d’énergie latente contenue dans l’atome d’hydrogène, à savoir le BlackLight Process.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur http://www.blacklightpower.com/

À propos de Rowan University

Rowan University, située à Glassboro dans le New Jersey, est une université publique de haut niveau proposant des cursus allant du premier cycle au doctorat. L’université regroupe sept facultés : Commerce, Communication, Enseignement, Ingénierie, Beaux-arts et arts scéniques, Arts et sciences humaines, et Formation professionnelle et continue. L’hebdomadaire U.S News & World Report classe la faculté d’ingénierie de Rowan au 12e rang aux Etats-Unis des programmes d’études universitaires préparant aux diplômes de premier et de second cycle.

Glossaire

BlackLight Process : Processus original inventé par BLP par lequel l’énergie latente stockée dans l’atome d’hydrogène est libérée pour fournir une nouvelle source primaire d’énergie.

Hydrino : Les hydrinos sont une nouvelle forme de l’hydrogène découverte par BLP. Les hydrinos sont produits au cours du BlackLight Process au fur et à mesure que l’énergie est libérée de l’atome d’hydrogène, et que l’électron passe à un état d’énergie inférieur résultant en un atome d’hydrogène de rayon plus petit.

Émission spectrale : L’émission spectrale d’un atome tel que l’hydrogène est une signature unique, une sorte d’empreinte digitale de ses caractéristiques. Chaque ligne du spectre est caractéristique des niveaux énergétiques de l’atome et permet de les identifier.

Applications du BlackLight Process

Le chauffage et la production d’énergie électrique sont deux des applications potentielles de cette technologie. Les prototypes de génération de chaleur ont montré que le BlackLight Process est potentiellement compétitif par rapport aux sources primaires de production existantes sur diverses échelles, allant de la production électrique microdistribuée à la production d’électricité en centrale. La source énergétique thermique du BlackLight Process pourrait être idéale pour se connecter à des équipements de production électriques disponibles sur le marché. La technologie BlackLight est probablement bien adaptée au secteur des services d’utilité publique et pourrait réduire ou supprimer des problèmes comme ceux liés à l’approvisionnement régional variable et à la fluctuation du prix de combustibles tels que le charbon, le gaz naturel et le pétrole ainsi qu’au coût de la construction d’une infrastructure de production adaptée et de réseaux de distribution, et pourrait également éliminer la pollution, l’émission de gaz à effet de serre et d’autres adversités en relation avec le marché, l’approvisionnement, l’infrastructure et l’environnement.