Andrea Rossi reçoit des représentants de la confindustria, la fédération itialienne des employeurs, pour leur montrer son E-cat. Jusqu’à maintenant l’invention de M. Rossi a attiré l’attention aux états-unis, en suède et en grèce. Pour la première fois les industriels italiens s’intéressent à ce réacteur qui selon certains pourrait révolutionner le domaine de l’énergie. Les membres de la confindustria pensent que cette technologie est intéressante et affirment qu’ils suivent son développement depuis un moment. Selon eux, l’E-cat pourrait devenir une alternative énergétique intéressante qui permettrait d’augmenter la compétitivité des entreprises italiennes en réduisant leur dépenses liées à leur consommation d’énergie. L’E-cat pourrait également se révéler être un substitut aux énergies renouvelables, éoliennes, solaires, qui restent jusqu’au jour d’aujourd’hui très coûteuses. Ce nouveau réacteur pourrait être bénéfique pour l’Italie dans son ensemble qui a souffert d’une augmentation globale importante du prix de l’électricité en comparaison avec les autres pays de l’union européenne.