Nouvelle date pour le test du E-cat

Andrea Rossi a annoncé une nouvelle date pour le test du E-cat. Le test se fera le 28 octobre 2011. Le lieu n’a pour l’instant pas été communiqué. Le test devait avoir lieu dans les jours qui viennent aux Etats-unis mais M. Rossi a refusé de livrer son réacteur à son partenaire américain suite à une mésentente concernant les termes du contrat les liant. Continuer la lecture de « Nouvelle date pour le test du E-cat »

Commentaire de Christos Stremmos concernant l’E-cat

Une nouvelle vidéo a été publiée par l’équipe derrière le site web ecat.com, la même qui avait lancé la vidéo montrant le test de l’E-cat du 6 octobre et des interviews avec quelques personnes ayant été présentes dont un professeur de l’université d’Uppsala et Andrea Rossi lui-même expliquant et commentant le fonctionnement de sa machine. Continuer la lecture de « Commentaire de Christos Stremmos concernant l’E-cat »

Ugo Abundo: le pont de la connaissance

Vu son caractère intéressant, nous vous proposons ici un post publié par le Prof. Ugo Abundo, coordinateur du groupe d’enseignants de l’Institut d’Enseignement supérieur, l’IIS Leopoldo Pirelli de Rome qui, en avril dernier, mit au point, avec des étudiants, le réacteur à fusion froide Athanor.

La recherche et l’expérimentation dans le domaine des LENR / fusion froide est due principalement à deux* approches alternatives: la première avec l’hydrogène et le deutérium gazeux sous pression, la seconde avec l’hydrogène produit dans le même réacteur par le biais de l’électrolyse.
(* Même s’il existe des variantes techniques de stimulation comme les ultrasons, les champs électromagnétiques, la haute tension, etc.)

Nous croyons que ces écoles ou « filons », apparemment différents, aient en fait un seul et même « noyau » provocant le phénomène, tout le reste ne sont que des détails qui varient selon la façon particulière de procéder à l’expérimentation.

Dans des récents posts publiés sur le blog 22 passi ont été mises en évidence les argumentations théoriques d’Unification de la Physique qui pourraient révolutionner et enfin « allumer la lumière » sur les phénomènes LENR. C’est pour cette raison qu’il est de notre devoir de travailler tant sur le plan théorique que sur le plan expérimental afin de réussir à identifier les implications théoriques de ce phénomène en cherchant à faire un pont entre les deux approches mentionnées et en exhaltant les phénoménologies et les potentialités de ces approches.

Ce parcours est en train d’aboutir à de nouvelles synthèses qui seront expérimentées dans les mois à venir.

Un premier schéma conceptuel d’unification des deux approches peut être résumé de la façon suivante:

• La partie commune est certainement l’hydrogène/deutérium chargé dans une matrice métallique qui, dans des conditions appropriées, permet le déclenchement de réactions des LENR à faible énergie;

• L’analogie avec la valve thermoïonique, la présence de l’anode et la cathode qui permettent à l’hydrogène chaud et sous pression dans les particules métalliques, dans des conditions appropriées, de surmonter la barrière coulombienne;

• La présence d’éléments additifs tels le cérium, pour augmenter l’effet de l’émission;

• La présence d’autres éléments correctement structurés pourrait assurer une extraction d’énergie directement sous forme électrique en évitant le cycle thermodynamique vapeur-turbine.

Ce nouveau schéma pourrait, avec des variations appropriées, inspirer des perfectionnements sur tous les réacteurs LENR: Rossi-Focardi, Focardi-Piantelli, Arata-Celani, Preparata-De Ninno-Del Giudice, Mizuno-Iorio-Cirillo, etc.. etc.. en les conduisant vers des résultats encore plus novateurs et révolutionnaires.

Pour terminer avec une note d’optimisme, citons la phrase pleine d’espoir du prof. Ugo Abundo – Fondation J. Von Neumann:

« Construisons un Pont au-dessus des Connaissances et parcourrons-le ensemble » …

Rossi perd un investissement de 10 millions de dollars

La version à haute température de l’E-cat, l’Hot-cat, a échoué un test important qui aurait pu faire bénéficier l’ingénieur Andrea Rossi d’un financement d’environ 10 millions de dollars (plus de 7 millions d’euros). Les investisseurs potentiels, un groupe d’entrepreneurs suédois dont l’identité exacte n’a pas été révélée, se serait en effet montré disponible à une telle offre mais qui, suite à une expérimentation qui aurait eu lieu à Bologne le 6 septembre dernier, aurait décidé de retirer sa proposition.
En fait on ne sait pas ce qui a été réellement testé, mais il semblerait que les résultats n’aient pas été à la hauteur des attentes de ces investisseurs potentiels qui n’ont donc pas été suffisamment épatés au point de revenir sur leur pas et de ne plus accorder leur financement à Rossi. Autrement dit, la production d’énergie n’aurait pas été suffisamment considérable pour que les suédois investissent une telle somme dans le réacteur nucléaire soi-disant révolutionnaire. Toutefois, même si les détails de ce test ne sont pas connus, cette nouvelle serait en contradiction avec le rapport de Rossi sur l’Hot-cat présenté à Zürich.

Les discussions et la controverse au sujet de l’E-cat n’ont donc de cesse d’aller bon train. Nous ne savons pas si cela est lié ou non à cet échec mais, dans les jours qui suivirent ce test, Andrea Rossi a admis qu’il avait modifié la conception initiale de son appareil à haute température.
“Jusqu’à présent, les mesures effectuées par un nouvel appareil ont largement confirmé les données présentées dans le rapport de Zürich – écrit en effet Rossi – Nous avons éliminé le cylindre intérieur, afin de faciliter la mesure de l’énergie, parce que désormais toute l’énergie est émise à travers la surface du cylindre externe. En outre, nous sommes en train d’utiliser un Variac au lieu d’un Triac, ainsi que tout l’équipement certifié. Toutefois, les mesures sont effectuées par une équipe de validateurs ».
Le design semble donc différent par rapport au tout premier, peut-être différent aussi de celui présenté à la Conférence Zürich, au cours de laquelle l’Hot-cat a été le grand protagoniste. L’élimination du cylindre interne est une façon de remédier au problème de la mesure de l’énergie émise, objet d’une discussion précédente qui a eu lieu le 11 septembre 2012 entre l’inventeur et Steven Karels, un lecteur de son blog.
L’utilisation d’un Variac au lieu d’un Triac affecte plutôt la production d’énergie électrique, en raison du fait que le Variac est un transformateur électrique alors que le Triac est une triode, qui est utilisé en électronique pour contrôler l’alimentation électrique sur une charge. Néanmoins, quel est le but de ce changement nous ne le savons pas encore.

La réponse habituelle de Rossi à tous les doutes : “Laissez-moi travailler et on verra“. Et bien laissons-le travailler et on verra…

Rome, 14 décembre – COHERENCE 2011

Rappelons comme il est de droit que le site Villaggio Globale a l’exclusive médiatique concernant la Conférence de Rome du 14 décembre 2011 intitulée COHERENCE 2011 dédiée à la Fusion froide, que nous avions annoncée la veille de la manifestation sur ce même blog. Ce site reporte l’article de Vincenzi Valenzi intitulé Fusione fredda – Inizia la corsa all’«oro» (trad: Fusion froide – C’est le début de la course à l’or) (http://www.vglobale.it/index.php?option=com_content&view=article&id=13826%3Afusione-fredda-inizia-la-corsa-allloror&catid=5%3Aultime&Itemid=121&lang=it).

Voici quelques titres des actes que certains organisateurs de cette conférence ont rendus jusqu’à présent disponibles. Les titres originaux et leurs liens se trouvent sur le site 22 passi d’amore e dintorni (http://22passi.blogspot.com/2011/12/roma-14-dicembre-coherence-2011-ii.html?spref=fb qui a suivi de près cet événement

1. diapositives présentées par Ubaldo Mastromatteo (STMicroelectronics)

2. diapositives présentées par Paolo Pasquinelli (Université de Pise)

3. diapositives présentées par Francesco Celani (Infn Frascati)

4. diapositives présentées par Yogendra Srivastava (Université de Pérouse)

5. diapositives présentées par Sergio Bartalucci (Infn Frascati)

6. diapositives présentées par Luigi Campanella (Société Chimique Italienne)

7. Rapport de Vincenzo Valenti

8. Environnement et Dispositifs à Fusion Nucléaire Froide: composantes à double usage ? de Giuseppe Quartieri et Piero Quercia

9. Environnement et Dispositifs à Fusion Nucléaire Froide: composantes à double usage ? Réactions magnéto-nano-biophysiques LENR en biologie – S’agit-il de fusion nucléaire froide et transmutations biologiques? de Giuseppe Quartieri et Piero Quercia

10. Neutrons virtuels et miniatomes en réactions LENR (communication de Lino Daddi)

11. Production spontanée de Ca de la part de plantes d’avoine ayant vécu dans un milieu dépourvu de cet élément, Université de Milan – Pirelli Labs S.p.A. – IDROCONS, s.r.l (2007)

En nous basant sur les trois comptes-rendus, envoyés par Bruno A., Giancarlo et GPT, qui ont fait librement partie du public d’une part pour des raisons personnelles, de l’autre en tant que “reporters de 22 passi”, nous exposerons brièvement les grandes lignes de Coherence 2011.

Cohérence 2011 visait principalement la diffusion de la fusion froide comme source d’énergie alternative afin de sensibiliser davantage les participants quant aux avantages environnementaux et économiques qui pourraient découler de son utilisation.

Plus d’une centaine de personnes y ont pris part (des professeurs, des chercheurs, des étudiants de physique de La Sapienza-même de Rome, des internautes passionnés) afin de mieux comprendre le fonctionnement de la fusion froide car pratiquement aucune information ne circule à son sujet, tant au niveau politique que ministériel.

Selon le Prof. Gianni Degli Antoni: “Le monde pourra se développer grâce à l’Open Science (càd des recherches et des applications informelles développées par des chercheurs et des techniciens se coordonnant via Web) autour de la virtualité (capacité de concevoir des projets) et à la fusion froide avec l’E-Cat“.

La majeure partie des intervenants s’est montrée particulièrement convaincue de la réelle existence de la fusion froide/LENR. Le prof. Celani a tracé le parcours historique de la fusion froide en évoquant les résultats des chercheurs italiens et étrangers. Toutefois aucun des intervenants n’a su communiquer de façon péremptoire son élan et son enthousiasme quant aux progrès réellement effectués dans ce domaine. Aucun témoignage n’a soutenu que finalement les applications et les expérimentations répétées valident pleinement le bon fonctionnement de la fusion à faible énergie, cette toute nouvelle forme d’énergie (pour le moment thermique) propre, renouvelable et, qui plus est, à bas coût !!! Aucun des intervenants n’a souligné que l’Italie a le grand privilège de pouvoir obtenir des financements, largement inférieurs par rapport à ceux qui sont octroyés pour les réacteurs thermonucléaires ou de 4ème génération, afin d’exploiter les technologies LENR.

Pourquoi chuchoter encore ?? pourquoi ne pas hurler ses états de fait au monde entier ?? La réponse semble être toujours la même: le manque de certifications scientifiques.

Selon le prof. Celani la réaction entre Ni et H serait catalysée par des phonons qui représentent les points de choc des ondes électromagnétiques-thermiques produites par l’agitation thermique dans le réticule de nickel. La densité de puissance est très élevée et, dans certaines réactions, Celani a dépassé 1400 Watt par gramme de nickel à savoir plus que celle de l’uranium en fission avec le “cladding” de zirconium. Pourtant le prof. Celani ne parle toujours pas de “réalité technologique”, car il n’a pas dépassé 200% de rendement. Au fil des ans, il a beaucoup travaillé avec le scientifique japonais de renom Arata qui a obtenu des excédents de puissance allant jusqu’à 60 Watt, facilement mesurables. L’amélioration par rapport à Fleishman et Pons fut obtenue lorsqu’il abandonna l’électrode traditionnel pour la tôle, celle rugueuse, poreuse afin d’augmenter la surface de contact entre palladium et deutérium. De retour en Italie, Celani modifia ses expérimentations (avec Preparata) et il commença à utiliser des fils de nickel et de l’hydrogène à haute pression (en éliminant l’eau, l’oxygène et l’oxonium). Il se rendit compte que la puissance augmentait en utilisant du nickel poreux. Il retourna au Japon et Arata fit des expérimentations avec du nickel et découvrit qu’avec le nickel nanométrique en agrégats de moins de 20 angströms les réactions étaient bien meilleures. Que dire !! la réaction avait lieu à température ambiante. Celani parle donc de “réalité scientifique du processus“. Il estime que Rossi a obtenu un rendement d’environ 600%. Selon lui les Grecs de la Defkalion ont devancé Rossi du point de vue technologique. Il déplore (de façon ironique ?) le comportement de l’ingénieur réfractaire à toute demande de tests scientifiques qui ne lui vaudra pas le triomphe qu’il mérite. Celani a communiqué qu’il a entamé un nouveau test il y a deux semaines dont les résultats sont intéressants bien qu’étant encore à une phase embryonnaire. Il s’est dit pleinement disponible envers Rossi et Defkalion pour faire des essais indépendants et gratuits mais Rossi se refuse car la bravoure de Celani lui permettrait de découvrir son “secret”. En revanche Defkalion a laissé entendre qu’elle pourrait à l’avenir accepter sa proposition. Qu’en sera-t-il réellement ??

Quartieri quant à lui a déclaré avoir appris par Rossi en personne que 10 E-cat ont été vendus à l’armée américaine…

Jour J – 1 : COHERENCE 2011. ENVIRONNEMENT, SANTE ET FUSION FROIDE

Contre vents et marées les partisans et défenseurs de la fusion à froid se réuniront mercredi prochain, le 14 décembre à Rome de 14h00 à 19h00, dans la Casa dell’Aviatore, viale dell’Università n°20 pour une Conférence très importante intitulée COHERENCE 2011 . ENVIRONNEMENT, SANTE ET FUSION FROIDE. Cette Conférence est promue par le CSB (Centre d’Etudes Biométéorologie) Onlus de Rome (équivalent italien du CIFA/ICEF) et par l’AFF (Association Physique de Frontière) de Milan, en collaboration avec le CENTROENERGIA Srl – Ricerca sviluppo natural power (Recherche développement natural power) et Omegadati Srl.

La réalité de la fusion froide, des LENR se fait de plus en plus tangible grâce aux recherches, à la force de volonté, à la persévérance de tous ceux qui croient réellement en la possibilité de révolutionner drastiquement la production énergétique, et ce malgré le silence des médias et les énormes intérêts des géants du pétrole, au profit de l’humanité et de l’environnement.

La couverture médiatique de cet événement sera assurée par Villaggio Globale (http://www.vglobale.it/index.php).

Le programme officiel de la journée se trouve au lien suivant : http://www.22passi.it/downloads/Fusione%20fredda%20a%20COHERENCE%202011%202%20%281%29.pdf

Ci-dessous vous trouverez la liste des interventions, toutes fort intéressantes, ainsi que des rapporteurs:

Salutations Générales: Mario Majorani (Président Associazione Nazionale Ufficiali Aeronautici) (Association Nationale Officiers Aéronautiques)

Ouverture des travaux: Gianni Degli Antoni (Président Associazione Fisica di Frontiera) (Association Physique de Frontière)

Interventions:

– Les scénarios énergétiques mondiaux de l’énergie et ses tendances – Ubaldo Mastromatteo (STM Milan )

– Les phénomènes énergétiques nucléaires dans les Supernovae dans le Soleil et sur la Terre: analogies et différences dans le formalisme mathématique – Fulvio Bongiorno (Département de Mathématiques RomaTre)

– Energie et Durabilité: le Rôle de la Chimie – Luigi Campanella (Département de Chimie Roma1)

– Impact biologique des nanotechnologies – Stefano Bellucci (LNF/INFN Frascati)

– L’état de la recherche internationale dans le domaine de la Condensed Matter Nuclear Science – Francesco Celani (Vice-président International Society Condensed Matter Nuclear Science)

– Neutrons virtuels et mini-atomes en relations LERN (Low Energy Reaction Nuclear) – Lino Daddi (ancien Chef du Groupe de Physique de l’Académie Navale de Livourne)

– Développement de la maquette théorique pour les expérimentations nucléaires à Fusion Froide – Yogendra Srivastava (Département de Physique de Pérouse)

– L’utilisation Dual Use de composantes nucléaires – Giuseppe Quartieri et Piero Quercia (AFF/CSB Rome)

– Un modèle structurel fractal pour des phénomènes nucléaires à faible énergie – Gianluigi Zangari (AFF Rome)

De rapides notes sur l’évaluation de l’impact environnemental et sur la santé da réactions nucléaires chaudes et froides – Paolo Pasquinelli (biologiste, ancien Chef de Section du Laboratoire de Radiopathologie et Radiotoxicologie du CRESAM de San Piero à Grado, Pise. A présent membre du Lab. De Recherche Sociale UNIPI)

– L’innovation dans le traitement des déchets nucléaires – Sergio Bartalucci (LNF-INFN Frascati)

– Le projet LEDA/ ENEA sur la Fusion Froide de Giuliano Preparata dans la perspective du développement de nouvelles sources énergétiques en Italie – Massimo Scalia (Département de Mathématiques Roma1)

Fusion froide : la Suède croit en Andrea Rossi

En Suède, on parle de plus en plus de l’E-cat: le réseau de télévision payante Svt a en effet consacré 25 minutes à Andrea Rossi et à son invention, le catalyseur d’énergie, baptisé E-cat, et ce au sein du programme Vetenskapens Värld, (la science du monde), diffusé le 17 décembre dernier. Cette émission est disponible sur le web jusqu’au 16 janvier (la partie sur la fusion froide et sur Andrea Rossi débute à 24 minutes 24). Voici le lien auquel vous pouvez accéder: http://www.svtplay.se/video/917953/del-14

Au cours du programme, l’ingénieur Andrea Rossi, le père de l’E-cat, a reçu d’importants soutiens de la part du monde de la science, tout particulièrement de la part du physicien Anders Åberg, responsable des recherches sur les nouvelles sources d’énergie à Vattenfall, principale entreprise de production et de distribution de l’énergie électrique de la Suède et l‘un des plus importants en Europe. “[E-cat] est quelque chose de nouveau – a en effet déclaré le chercheur – En tant que société de production et de distribution de l’énergie électrique il en est de notre responsabilité, bien sûr de vérifier les options, et il s’agit ici d’une occasion qui va peut-être changer le monde”.

Åberg a donc confiance en Andrea Rossi et en son E-cat au point de souligner que selon lui l’ingénieur italien n’est absolument pas un escroc. “C’est un entrepreneur, il va de l’avant sans s’intéresser aux théories. Il veux uniquement faire quelque chose qui fonctionne “. Et il y a même plus: le chercheur attribue à l’invention de Rossi non seulement le grand pouvoir qu’a en général une nouvelle forme d’énergie, mais également celui de pouvoir l’emporter sur d’autres sources existantes. “Nous avons un problème – a-t’il en effet souligné – à l’avenir, nous devrons remplacer l’énergie nucléaire“.

Ce n’est pas la première fois que les Suédois s’intéressent au travail de Rossi et, de façon plus générale, aux recherches concernant la fusion froide. Comme l’a déjà rappelé le professeur Francesco Celani, l’équipe de recherche dirigée par Sven Kullander a en effet étudié la question, déclarant que la réaction E-cat est certainement de type nucléaire. D’autre part même les entrepreneurs qui auraient au départ offert environ 10 millions de dollars à Rossi, pour se retirer par la suite n’ayant pas été convaincus par les résultats des expériences du 6 septembre à Bologne, seraient, eux aussi, suédois.

L’année 2013 constituera donc la clé pour l’E-cat: elle pourrait en effet représenter l’année de l’installation du premier dispositif industriel pour l’énergie thermique…