Vu son caractère intéressant, nous vous proposons ici un post publié par le Prof. Ugo Abundo, coordinateur du groupe d’enseignants de l’Institut d’Enseignement supérieur, l’IIS Leopoldo Pirelli de Rome qui, en avril dernier, mit au point, avec des étudiants, le réacteur à fusion froide Athanor.

La recherche et l’expérimentation dans le domaine des LENR / fusion froide est due principalement à deux* approches alternatives: la première avec l’hydrogène et le deutérium gazeux sous pression, la seconde avec l’hydrogène produit dans le même réacteur par le biais de l’électrolyse.
(* Même s’il existe des variantes techniques de stimulation comme les ultrasons, les champs électromagnétiques, la haute tension, etc.)

Nous croyons que ces écoles ou « filons », apparemment différents, aient en fait un seul et même « noyau » provocant le phénomène, tout le reste ne sont que des détails qui varient selon la façon particulière de procéder à l’expérimentation.

Dans des récents posts publiés sur le blog 22 passi ont été mises en évidence les argumentations théoriques d’Unification de la Physique qui pourraient révolutionner et enfin « allumer la lumière » sur les phénomènes LENR. C’est pour cette raison qu’il est de notre devoir de travailler tant sur le plan théorique que sur le plan expérimental afin de réussir à identifier les implications théoriques de ce phénomène en cherchant à faire un pont entre les deux approches mentionnées et en exhaltant les phénoménologies et les potentialités de ces approches.

Ce parcours est en train d’aboutir à de nouvelles synthèses qui seront expérimentées dans les mois à venir.

Un premier schéma conceptuel d’unification des deux approches peut être résumé de la façon suivante:

• La partie commune est certainement l’hydrogène/deutérium chargé dans une matrice métallique qui, dans des conditions appropriées, permet le déclenchement de réactions des LENR à faible énergie;

• L’analogie avec la valve thermoïonique, la présence de l’anode et la cathode qui permettent à l’hydrogène chaud et sous pression dans les particules métalliques, dans des conditions appropriées, de surmonter la barrière coulombienne;

• La présence d’éléments additifs tels le cérium, pour augmenter l’effet de l’émission;

• La présence d’autres éléments correctement structurés pourrait assurer une extraction d’énergie directement sous forme électrique en évitant le cycle thermodynamique vapeur-turbine.

Ce nouveau schéma pourrait, avec des variations appropriées, inspirer des perfectionnements sur tous les réacteurs LENR: Rossi-Focardi, Focardi-Piantelli, Arata-Celani, Preparata-De Ninno-Del Giudice, Mizuno-Iorio-Cirillo, etc.. etc.. en les conduisant vers des résultats encore plus novateurs et révolutionnaires.

Pour terminer avec une note d’optimisme, citons la phrase pleine d’espoir du prof. Ugo Abundo – Fondation J. Von Neumann:

« Construisons un Pont au-dessus des Connaissances et parcourrons-le ensemble » …